AIDE-MÉMOIRE POUR UNE TRADUCTION

Avant de traduire :

☐ Demander au client des précisions complémentaires (utilisation du texte, public ciblé, nouvelle ou ancienne orthographe, conversion des mesures et devises, ponctuation canadienne ou européenne[1], etc.), avant de négocier le tarif et les délais.

☐ S’assurer de comprendre le sujet du texte ou faire des recherches (encyclopédie).

☐ Lire le texte intégralement.

Au fil de la lecture :

☐  Identifier les unités de sens, les anaphores et les charnières.

☐ Souligner les mots inconnus.

☐ Faire ressortir la cohérence, la logique qui se dégage.

☐ Repérer les phrases complexes sur le plan syntaxique.

☐ Porter attention au style général (longueur de phrases, répétitions) et aux temps de verbe.

☐ Relever les allusions culturelles (sont-elles connues des francophones? faudra-t-il les remplacer?).

☐ S’assurer d’avoir compris le propos du texte (voir Annexe).

☐ Si nécessaire, faire des recherches complémentaires sur le sujet traité.

☐ Faire les recherches terminologiques appropriées.

☐ Penser à vérifier l’orthographe des noms propres étrangers, qui diffère souvent

☐ Mettre à jour vos favoris Internet avec les nouveaux liens fiables et pertinents.

☐ Préparer la mise en page (marges, police, espacement des lignes et des paragraphes, etc.).

☐ Sauvegarder votre document sous un nom et dans un dossier adéquats.

 

Au cours de la traduction :

☐  Il est important de douter de sa compréhension du texte et de s’attarder sur les passages qui semblent ambigus.

☐ S’adresser au public cible, tel que défini avec le client (destination du texte).

☐ S’assurer de respecter le niveau de langue, la variété et le ton appropriés.

☐ Éviter les ajouts (explicitations).

☐ Ne pas respecter aveuglément la ponctuation originale ou le formatage du texte (italique, guillemets, majuscules).

☐ Idéalement, faire un premier jet d’un seul trait (sans s’arrêter) puis retravailler phrase par phrase en comparant la VO et la traduction.

☐ Faire attention aux temps de verbe utilisés (logique temporelle) et à la concordance des temps.

☐ Éviter les redondances et répétitions.

☐  S’assurer de la clarté et de l’idiomaticité des formulations.

Après la traduction :

☐  Passer un correcteur orthographique (Antidote).

☐  S’assurer que les espaces insécables aient été mises (entre les nom et prénom, dans les chiffres, entre le jour et le mois et l’année, etc.) (Antidote)

☐  Remplacer tous les traits d’union par des traits d’union insécables (CTRL ou CMD + MAJ + trait d’union)

☐  Relire le texte deux fois : la première (révision unilingue) pour s’assurer du contenu, de la langue, du style et de la présentation, la seconde (révision bilingue) pour le transfert

☐  S’assurer de l’uniformité terminologique (ne pas avoir multiplié les synonymes au point que le propos manque de clarté; dans les énumérations ou les titres, n’avoir que des noms ou que des verbes mais pas un mélange des deux; avoir toutes les mesures et devises dans la même unité; etc.)

☐  Vérifier l’exactitude des éléments factuels (hauteur des bâtiments, dates d’événements historiques, etc.)

☐  Si des modifications ont été apportées, repasser le correcteur orthographique.

☐  Faire une dernière lecture du texte imprimé.

 

Annexe[2]

Si vous avez bien lu le texte, vous devriez être en mesure de répondre aux questions suivantes :

Qui?

☐ Qui est l’auteur du texte? Que sait-on de lui? Quelle est sa position sur le sujet abordé?

☐ De quel type de texte s’agit-il? (Journalistique, scientifique, éditorial, etc.)

Quoi?

☐ Quel est le sujet du texte? Que nous apprend le texte?

☐  Quelles sont les idées principales du texte?

☐ Quel est le public visé par le texte? (Variété de français, utilisation d’un jargon, etc.)

☐  Quelle est la destination du texte? (Site Internet, publication, etc.)

☐ Quel est l’objectif de l’auteur et comment s’y prend-il pour y arriver?

Comment?

☐ Quelle est l’intention du texte? (Information, propagande, etc.)

☐ Quelle est la structure du texte (logique interne, temps de verbe, étapes du raisonnement)?

Où?

☐ Où se déroulent les faits pertinents?

☐ Où le texte a-t-il été écrit?

Quand?

☐ Quand se déroulent les faits pertinents? S’agit-il d’une époque particulière?

☐ Quand le texte a-t-il été écrit : au même moment (à chaud) ou plus tard (recul)?

Pourquoi?

☐ Pourquoi les faits pertinents ont-ils eu lieu?

☐ Quels sont les faits, les causes et les conséquences?

 

 

[1]    Au Canada, les signes de ponctuation double ne sont pas précédés d’une espace insécable, sauf le deux-points. En Europe, les signes de ponctuation double sont précédés d’une espace insécable (incluant le point-virgule). Si votre variété de langue est bien choisie (Outils/Langue), Word placera les espaces correctement et Antidote repèrera toute erreur.

[2]    Cette méthode a été adaptée du document Méthodologie au collège du CNED.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s